A LA UNE
Africa Eco Race – 7ème étape

7E ETAPE EN MAURITANIE : CHAMI / CHAMI : 508 KM
VLADIMIR VASILYEV (RUS/MINI) ET PAOLO CECI (ITA/KTM) EN PATRONS
La 2ème journée mauritanienne a lancé la fameuse étape marathon de la 10ème édition de l’Africa Eco Race. En première partie de cette épreuve, les concurrents ont pu profiter d’une spéciale de 486 kilomètres sous forme de boucle depuis le bivouac. Une journée de repos pour les mécaniciens puisque c’est dans un parc fermé que tous les véhicules ont ensuite été garés sans avoir le droit d’être approchés par l’assistance avant de reprendre le départ demain.

Ne pas prendre de risque
A quelques centaines de mètres du bivouac, le départ de la première partie de cette spéciale a permis d’appuyer un grand coup sur l’accélérateur. Une piste rapide légèrement sablonneuse a envoyé les concurrents vers un premier franchissement de dunes plutôt facile avant de revenir sur des pistes très roulantes avec une navigation parfois peu évidente. La vraie difficulté demeurait dans les 30 derniers kilomètres avec un franchissement de dunes bien copieux et une portion d’herbes à chameaux à éviter absolument pour ne pas endommager les véhicules. Une spéciale périlleuse où la prudence était de rigueur avant de rejoindre le parc fermé au milieu des 900 kilomètres à parcourir en deux jours.

Une bataille intense
Comme annoncé, le duel Vasilyev-Serradori a fait vibrer les pistes mauritaniennes sur cette spéciale sablonneuse. Mathieu Serradori et Fabian Lurquin (FRA/MCM) ont eu la lourde tâche d’ouvrir sur un tracé roulant mais piègeux en navigation. Une difficulté qui n’a pas fait ralentir Vladimir Vasilyev et Konstantin Zhiltsov (RUS/MINI). Les champions en titre sont parvenus à dépasser l’équipage franco-belge pour un nouveau duel intense sur une bonne partie de la spéciale. Les russes s’offrent finalement la victoire du jour en reprenant deux minutes à
leurs poursuivants au général. Une petite erreur de pilotage et un ensablement plus tard, c’est le buggy de Guillaume Gomez et François Borsotto (FRA/OPTIMUS) qui prend la 3ème place du jour avec 30’27” de retard. Pascal Thomasse et Pascal Larroque (FRA/OPTIMUS) restent eux confortablement installés sur la 3ème marche du podium au général en terminant 4ème aujourd’hui. Toujours premier chez les camions, Gerard De Rooy (NL/IVECO) a dû changer un pneu durant la spéciale et termine 7ème tout en conservant son 5ème rang au général.

Chez les motos, Paolo Ceci (ITA/KTM) a laissé parler son expérience et parvient à s’imposer devant Dmitry Agoshkov (RUS/KTM). Le jeune Luis Oliveira (POR/YAMAHA) franchit la ligne d’arrivée juste derrière l’italien mais prend la 3ème place à cause d’un waypoint manquant qui lui coûte 20 minutes de pénalités. Encore un coup dur pour le double vainqueur Pal Anders Ullevalseter (NOR/KTM) qui a pris le départ de la spéciale en retard à cause d’un souci mécanique ce matin. Malheureusement il n’a pu rouler que quelques kilomètres avant de rentrer au bivouac pour tenter de réparer sa panne et continuer l’aventure jusqu’à Dakar.

Classement de la 7e étape : Chami / Chami : 508km*
Auto / Camion :
1. Vladimir Vasilyev / Konstantin Zhiltsov n°201 (RUS) 03 :53 :48
2. Mathieu Serradori / Fabian Lurquin n°202 (FRA) + 00 :02 :09
3. Guillaume Gomez / François Borsotto n°207 (FRA) + 00 :30 :27
Moto :
1. Paolo Ceci n°101 (ITA) 05 :20 :22
2. Dmitry Agoshkov n°163 (RUS) + 00 :01 :05
3. Luis Miguel Anjos Oliveira n°114 (POR) + 00 :01 :57
Classement général*
Auto / Camion :
1. Vladimir Vasilyev / Konstantin Zhiltsov n°201 (RUS) 22 :51 :28
2. Mathieu Serradori / Fabian Lurquin n°202 (FRA) + 00 :16 :23
3. Pascal Thomasse / Pascal Larroque n°206 (FRA) + 02 :02 :06
Moto :
1. Paolo Ceci n°101 (ITA) 28 :57 :13
2. Luis Miguel Anjos Oliveira n°114 (POR) + 00 :58 :45
3. Martin Benko n°102 (SLK) + 03 :21 :17

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs requis *

A PROPOS

Trimestriel qui connaît un grand succès auprès des amateurs de trails, Trail Adventure Magazine est né du désir que provoquent ces motos taillées pour le raid et les voyages lointains.
Cela ne date pas d’hier car nous connaissons et apprécions ces machines depuis le tout début, à l’aube des années 80, mais leur popularité n’a jamais été aussi grande qu’aujourd’hui. Un renouveau auquel tous les constructeurs sont désormais associés, tout comme Trail Adventure aujourd'hui, seul magazine dédié au phénomène trail.
Notre raison d’être est d’informer les passionnés, comme nous, sur tout ce qui gravite autour de ces “adventurières” et partager avec eux l’expérience que nous avons acquise en utilisant pleinement le large éventail de leur capacités. Vaste programme !

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com