A LA UNERando / Raid

Rando : 1ère Greenwich randonnée

Le méridien de Greenwich, vous connaissez ? Cet axe vertical partage la planète entre l’est et l’ouest, comme l’équateur le fait, à l’horizontale, entre le nord et le sud. Et puisqu’il passe par la France, deux périgourdins ont décidé de l’utiliser comme fil conducteur d’une toute nouvelle rando.

 
Mickaël, du service publicité, entre dans mon bureau et me dit : « Dis donc, tu connais la Greenwich Randonnée ?, Non ? Normal, c’est la première édition. Ça te branche ? » Piqué par la curiosité, je jette un œil au site Internet… qui me laisse sur ma faim : une balade le long d’une ligne droite, organisée par des inconnus, pas très vendeur sur le papier. Mais j’aime les surprises. Alors allons-y, advienne que pourra.
 
Les organisateurs ont coupé le parcours en deux depuis Ruffec, petite ville de Charente qui se trouve être au milieu de la partie française du méridien de Greenwich. Cette première “Greenwich rando” fait donc cap au sud pour rejoindre les Pyrénées. Arrivé la veille sous un beau soleil printanier, je m’étonne de voir déjà une cinquantaine de participants. Je ne suis visiblement pas le seul curieux ! L’ambiance est bon enfant et les candidats à l’aventure aussi différents que leurs machines. Pendant que Brice et Louis, tous deux en KTM 400 EXCF d’enduro aménagées pour la rando, montent leur tente, d’autres comme Karine et Christophe, venus en couple sur leur Triumph Tiger, s’installent dans les mobil homes.
 

Histoire d’eau

 
Premier jour, premières pluies ! Une bonne moitié des participants s’étant inscrits comme débutants, le briefing met l’accent sur les chemins herbeux qui vont être glissants. Après la remise des paniers repas ainsi que d’une gourde en aluminium, l’équipée s’envole en suivant la trace chargée dans les GPS. Les jolies pistes de cette région agricole mènent nos roues d’éoliennes en petits villages. Des équipages se sont formés et c’est quasiment toute la production trail que je double… ou qui me dépasse. Cela fait vraiment plaisir à voir ! Car en dehors des incontournables GS, je croise des Tiger, Caballero, de vénérables DR, XT, Transalp, T7, la gamme KTM presque dans son ensemble… et même deux courageux venus avec leur passagère.
 
L’itinéraire de la journée devait être une “mise en jambe” avec une alternance de chemins creux et de petites routes oubliées afin d’offrir à chacun le loisir de rouler comme bon lui semble et de profiter pleinement de sa monture.
 
Mais la pluie a considérablement changé la donne. La boue, omniprésente transforme les chemins en patinoire et le moindre petit dénivelé en grimpette ardue. Si les plus aguerris enroulent du câble à bon rythme, les néophytescommencent à souffrir.
 

Retrouvez plus d’infos sur la Greenwich rando dans Trail Adventure magazine n°26

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer